13 avril 2010

MARDI ** LE CORBEAU ET LE RENARD **

 

 

Coucou...

Depuis qu'ils sont en âge de comprendre des histoires, les Mamours adorent cette fable.

Encore maintenant,quand ils viennent dormir,Pépère est sollicité pour la réciter.

 

                 rl1uhaz4

 

Le Corbeau et le Renard

                                                              J.De La Fontaine

Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l’odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
5« Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau.
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois. »
10À ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie :
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s’en saisit, et dit : « Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
15Vit aux dépens de celui qui l’écoute.
Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. »
Le Corbeau honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.

 

 

Voici la version de Bosquétia,poête patoisant borain.

 

             L'ernâ eiet l'carbau.

 

In noir Carbau qu’eit eingrinquie,

Tout in haut d’in gros cerisie,

Serroût ferme in froumâche ein s’bec,

In R’nae tout roux, tout plat, tout sec,

Qu’avoût pu fâm qu’in leup pa l’nife

Ein r’nifflant, s’avoût mès à l’suife.

« Sacré jour dè Dieu qu’vos stez biau ! »

Dist-é ein ravisant l’Carbau,

« Il est bie seur què c’t à Brucelles,

Qu’on fait vos maronn’s sans bretelles

Et vo dgilet et vo pal’tot,

Qui coll’nt-è vraiment su vos dos !

Tandis què d’sûs sans sou ni maille,

Att’lé comme el quèvau Degaille,

Vous, vos stez mès comme in pacha

Et d’vains tout l’bos, c’est vous l’pus bia.

C’est bie dammâch’ qu’ein stant si chique

Vos n’seuss’nie deux not’s dè musique.

On dèt qu’vos n’savez nie cantei,

Què vos n’savez nie mêm’chufflei ! »

Là d’ssus l’Carbau qui s’reingorgeoue

Lâche in couââc ! Comme in cômp d’grissou

Et v’là l’froumâch qui quait sul’dos,

Dou R’nâ, qui rioût comme in sot.

« Ah ! ah ! Gaillard » dist-è l’canaille,

“Dju savoûs bie què d’froûs ripaille

Su vo compte et à vos dépeins.

Au lieu d’gobei mes complimeints

Mes couillonnat’s et mes sornettes.

Comme ine aront’ gob’les mouchettes,

I falloût m’einvouyie boulei

Et t’nie l’froumâch pou vo deinei.

Après tout c’n’est qu’in’journée d’diète,

In aut’cômp, vos s’rez pus si biète.

El Carbau eit tell’meint saisè

Què sans responte il est partè.

 

Morale

Qu’i fusse au lait, qui fusse à l’crème,

Avalez vo froumâch vous-même.

 

 

Et ce soir...Pépère récitera.

 

Petit bonheur du jour: laeti en vacances ici.

 

Allez...A d'main.

 

     bi                    angsy7oz


            


 

 

 

Les commentaires sont fermés.